Album II

L’histoire de la presqu’île du XVIIème siècle à nos jours

Commentaires fermés sur Album II

Classé dans Albums

Chapitre II (La Presqu’île de Quiberon)

Chapître II (La Presqu’île de Quiberon)
Son Histoire depuis le XVIIe siècle jusqu’à nos jours

Pendant plusieurs siècles Anglais, Espagnols, Hollandais, Allemands envahirent la presqu’île. En 1746 les Anglais, furieux de leur échec devant Lorient, débarquent dans la Baie et pillent le pays. Après ce ravage le duc de Penthièvre, gouverneur de Bretagne, grand amiral de Louis XV, fait construire le Fort de Penthièvre (en bois) à l’entrée de la presqu’île; il s’appellera « Fort sans culotte » pendant la Révolution. Reconstruit, à cause de sa valeur stratégique, au milieu du 19ème siècle sur les fondations de la redoute en bois. Le roi Louis-Philippe, petit-fils du duc de Penthièvre, achève le corps central en 1834, avec ses vastes chambres aux voûtes de granit, sa terrasse d’où l’on voit un magnifique horizon. La République terminera le fort, tantôt l’abandonnant, tantôt y remettant une garnison. On y logea des prisonniers allemands en 1914-18. Ce sont maintenant les Marsouins du 3ème RIMA (régiment d’infanterie de marine aéroportée) qui ont pris la place de la garnison allemande retranchée jusqu’au 10 mai 1945..
Fort Vauban du Rohu, construit sur l’emplacement d’une ancienne redoute. S’y installera l’école nationale de voile en 1970. En effet Eric Tabarly, jeune officier de marine qui vient de gagner la transat en solitaire, est nommé directeur de cette école qu’il doit créer de toutes pièces.
Fort Neuf (Vauban) 17-18ème à Port Haliguen. A Saint-Pierre Quiberon, le fortin carré de Beg-Quilvy, reconstruit vers 1860, cédé par les Domaines à un particulier, l’un des premiers à oser planter des arbres.
Ouverte sur l’extérieur, la presqu’île devait avoir une histoire haute en couleurs:
– En 1778 Les Américains viennent prendre livraison des navires de guerre offerts par la France dans la baie de Quiberon. (panneau peu lisible sur la photo) « A Port Haliguen le 14 février 1778, la France, représentée par l’Escadre de La Motte Picquet, fut la première Nation à rendre les honneurs au pavillon des U.S.A. » (et Tableau « First Recognition Stars & Stripes »)
– Puis c’est « l’affaire de Quiberon »: En mai 1795 une armée d’émigrés débarque à Carnac et se replie sur Quiberon. A cause de sa situation stratégique dominant la presqu’île, le village de Sainte-Barbe joua un rôle important lors de cette expédition. En effet, le 6 juillet 1795, Cadoudal et ses trois mille Chouans protègent la retraite de l’armée royaliste et les habitants des campagnes qui l’avaient suivie. Dès la prise du Fort Penthièvre le 21 juillet au matin les émigrés, poursuivis par les troupes du Général Hoche, essaient vainement de se raccrocher à Port d’Orange après quelques escarmouches ils doivent battre en retraite sur Saint Julien où il se rendent finalement à Hoche (photos). Ils furent fusillés à Auray et ensevelis dans la Chartreuse d’Auray. Les rescapés furent transportés sur l’île d’Houat où ils moururent de faim. Reddition à Hoche (statue édifiée en 1902 pour honorer le « Républicain » en bas du « Varquez », marais asséché. Statue qui alimenta une violente polémique). La seconde statue en France du Général Hoche se trouve à Versailles.
– Port Haliguen (vieux port) : à son retour de l’île du Diable Dreyfus le 1er juillet 1899 a été débarqué à Port Haliguen et non à Lorient comme prévu, le gouvernement de l’époque voulant éviter les journalistes.
– Stèle aux Péris en mer. Le « Carl Bech » s’est perdu là avec tout son équipage le 21 décembre 1911
– Histoire récente (Poche de Lorient) : on découvre 8 jours après l’armistice du 8 mai 1945 dans les douves du Fort Penthièvre un charnier (59 jeunes résistants fusillés dont les cadavres furent emmurés dans un tunnel). Une messe est célébrée tous les ans le 13 juillet en mémoire des martyrs et en présence des autorités civile, militaire et religieuse de St Pierre Quiberon et Locminé! (13 juillet 2008, voir les photos autour de l’obélisque à la fin de l’album II)
Quelques photos des Restes du Mur de l’Atlantique sur la côte, Blockhaus et Tobrouks (tourelles de chars allemands de Rommel).
– Stèle élevée aux « Mères des soldats américains » de 1917-18 ; donne lieu à une cérémonie commémorative chaque année en août; dépôt d’une gerbe par la mairie, hymnes nationaux, drapeaux. (pour plus d’information sur ce Mémorial aller sur le lien http://bodoc.net/learn/rocardpages.htm et cliquer sur la ligne Franco American Memorial). Voir également le site des Terres sacrées : http://monuments-morts-corses.fr/bts.php
– Musée de Quiberon (canon de « l’Ardent », un vaisseau de 64 canons échoué en 1746, incendié par les Anglais); canon du bateau scandinave échoué le « Thracia ».
(précisions données par le Conservateur du musée de Quiberon le 23 juillet 2007:
– « Thracia, construit en 1859 à Hiddlesbrough, appartenant à la Cunard Line, torpillé le 27 mars 1917 par le sous-marin allemand UC21 près des Birvideaux; 38 hommes d’équipage – 2 survivants – venait de Bilbao, allait vers Androssan (Ecosse) avec un chargement de minerai de fer… « )

Comme nous l’avons vu précédemment, notre presqu’île fut pendant des siècles ouverte à multiples invasions. Aussi recèle-t-elle, dit-on, des trésors laissés par certains envahisseurs. On a ainsi découvert (dans une maison amie en réfection) en 1975 un lot de 624 pièces de monnaie espagnoles datant du XVIè. Traces du passage, en Bretagne, des troupes espagnoles venues prêter main-forte au duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne et chef de la Ligue. Les soldats espagnols, ne pouvant tout emporter avec eux, enterrèrent leur butin… Au cours de notre promenade nous ne rencontrerons pas toutefois de chasseurs de trésors, munis de détecteurs de métaux (il y en a!).

Beg Quilvi 14.07.12.jpg

2 commentaires

Classé dans Livre, Sport, Voyage, Blog

Album III

Ecologie, oiseaux, dunes, côte sauvage, falaises et grottes

Commentaires fermés sur Album III

Classé dans Albums