Préambule

Je tiens à remercier les plus de 2600 personnes qui ont consulté et qui consultent toujours ce blog (un peu intellectuel! il faut le dire. D’où leur mérite!) et tout particulièrement Monsieur Camille Busson, auteur de « Essai impertinent sur l’Histoire de la Bretagne Méridionale. Les hommes de Téviec dans l’ombre des phéniciens. » Paris: L’Harmattan, 2005, qui vient de m’envoyer (22 mai 2008) le message suivant:

Je n’ai pas manqué de visiter votre blog consacré à la Presqu’île de Quiberon et j’ai été enthousiasmé par l’importance et la qualité du travail auquel vous vous êtes livrés. Comme vous me l’avez suggéré, je me suis permis de rédiger les premiéres observations et commentaires qui me sont venus sur le chapitre I . Je vous les transmets ci-aprés (les autres à suivre début Juin à mon retour du Canada) .

> **Le drapeau historique Breton :La « Kroaz Du » ( Croix Noire) n’était pas le drapeau historique de la Bretagne. On ignore si les Rois de Bretagne en avaient un et à quoi il pouvait ressembler. Le « Kroaz Du » aurait été accordé comme « signe de reconnaissance » en 1188 par le Pape aux Croisés Bretons, tout comme la Croix Rouge sur fond blanc pour les Croisés anglais, la Croix Blanche sur fond bleu pour les Croisés français, la Croix de Saint André blanche sur fond bleu pour les Croisés écossais (alliés des Français), la Croix de Saint André rouge sur fond blanc pour les Bourguignons, alliés des Anglais. Depuis le haut moyen-âge, les troupes bretonnes utilisent pour couleurs identitaires le « Noir et le Blanc ». L’hermine heraldique (hermine plain) identifiant la Bretagne apparait en 1212 avec le prince Pierre de Dreux (imposé par le Roi de France Philippe Auguste). Tous ses successeurs retiendront cet hermine plain pour identifier la Bretagne et leurs prétentions à régner sur la Bretagne indépendamment du Roi de France.
Le « Gwen ha Du » actuel, date de 1923. Selon son créateur Morvan Marchal, ce drapeau se veut être un « emblème moderne de la Bretagne avec dans le coin à gauche un quartier innombrable d’hermines (associé à ) neuf bandes égales alternativement noires et blanches, couleurs traditionnelles, lesquelles représentent : les Blanches, les pays bretonnants : Léon, Trégor, Cornouailles, Vannetais ; les Noires les pays bretons gallos: Rennais, Nantais, Dolois, Malouins, Penthiévre.

8 commentaires

Classé dans Blog

8 Responses to Préambule

  1. merci pour vos commentaires sur mon blog et à mon tour de vous féliciter pour le vôtre !
    Bravo pour les notes bien documentées et précises !

  2. Il est interessant de lire, merci beaucoup! Je continuerai a lire votre blog, mais pas toutes les informations dont j’ai besoin.

  3. Bonjour
    je suis tombée par hasard sur votre blog qui contient énormément d’erreur
    par exemple : le fort neuf n’est pas un fort Vauban . Il a été construit vers 1880 sur les ruines d’une vieille batterie et non pas plus tôt et les quiberonnais lui ont donné ce nom car il était le plus récent .
    les émigrés se sont rendus à Hoche sur la plage de Porigo à Port haliguen et non à St Julien
    l’école nationale de voile existait déja au début des années 60 et n’était pas dirigée par Tabarly.
    je faisais de la voile au Fort Neuf en 64 et les cours étaient dispensés par des moniteurs de l’école de voile du Fort Rohu et nous avons tous vogué vers le pen duick 2 qui revenait des US après la 1ère victoire de Tabarly qui rentrait à la Trinité….
    d’ailleurs Tabarly n’a jamais été le grand homme de la presqu’île mais celui de la Trinité et accessoirement celui de TOUS les voileux.
    A quiberon les grands hommes bien oubliés sont Chanard et Rio ainsi que Bobet presque oublié !
    La construction du chemin de fer s’inscrivait dans la volonté du ministère des travaux public en 1879 (et non la marine en 1880) d’améliorer l’économie français selon le plan Freycinet (lire http://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_Freycinet)
    Le fort du Rohu n’est pas un fort Vauban mais a été construit en 1835 à l’emplacement d’une ancienne redoute
    Je tiens à signaler que je ne suis pas historienne. Native de Port Haliguen j’ai toujours éaimé la presqu’île et son histoire car toutes les plaques commémoratives m’intriguaient. Il y a environ 10 ans j’ai été la rédactrice du site du musée sous les « ordres » de monsieur Calvez, un de ses fondateurs.
    Depuis je compile ce que les historiens m’envoient et j’essaie de prévenir les gens qui font des erreurs sur leurs sites car ces erreurs sont trop souvent répercutées.
    Le site du musée s’étoffe d’année en année au gré des contributions que nous mettons un point d’honneur à verifier.
    cordialement
    Françoise Zainal
    PS jen profite pour vous souhaiter une bonne année 2011

  4. Non, évidemment, le fort neuf est seulement un fort de type Vauban. l suffit de voir des photos aériennes de ce fort (sur Internet) pour s’en convaincre! Non, la décision de se rendre au Général Hoche a été prise à St Julien (voir 9ième photo du 2ième album pour preuve). Les immigrés qui n’étaient pas d’accord ont poursuivi leur fuite jusqu’à la plage pour essayer de rejoindre les bateaux anglais qui attendaient les rescapés. Ceux qui ne se sont pas noyés dans cette opération de « sauvetage » sont malheureusement morts de faim quelques mois plus tard à Houat, endroit où leurs « sauveteurs » britanniques les avaient débarqués.
    Enfin Non l’école nationale de voile n’existait pas dans les années 60 comme vous le prétendez. Elle a été créée en 1970 par le ministère de la Marine en 1970 pour régulariser la situation du lieutenant de Vaisseau Eric Tabarly.
    Enfin vous prétendez que « vous étiez la rédactrice du site du musée, sous les ordres de Monsieur Calvez, un de ses fondateurs »
    Or les responsables de ce beau musée de Quiberon, que j’ai consultés à l’époque (mars 2007) où j’ai créé ce site sur la presqu’île de Quiberon m’ont clairement dit que vous aviez créé ce site sur leur musée sans leur autorisation!!!

  5. ****Non, évidemment, le fort neuf est seulement un fort de type Vauban. l suffit de voir des photos aériennes de ce fort (sur Internet) pour s’en convaincre!****

    Il semblerait que les gens qui ont construit le fort n’aient pas eu beaucoup d’imagination, à moins que les techniques de fortification soient restées inchangées jusque là. Il est peut-être de « type » vauban mais a été construit plus de 200 ans plus tard
    Je vous invite à contacter monsieur Patrick Luco qui a écrit un article très documenté sur ce sujet http://castero.free.fr/spip.php?article12

    *********************************

    *******Non, la décision de se rendre au Général Hoche a été prise à St Julien (voir 9ième photo du 2ième album pour preuve). Les immigrés qui n’étaient pas d’accord ont poursuivi leur fuite jusqu’à la plage pour essayer de rejoindre les bateaux anglais qui attendaient les rescapés. Ceux qui ne se sont pas noyés dans cette opération de « sauvetage » sont malheureusement morts de faim quelques mois plus tard à Houat, endroit où leurs « sauveteurs » britanniques les avaient débarqués.*********

    que les royalistes en aient discuté à st Julien peut-être, c’était sur le chemin de Porigo mais le texte de chateaubriand sur Gesril confirme ce qui est écrit sur le monument photo 10 de votre 2ème album : les pourparlers avec Hoche ont eu lieu à Porigo et ils se sont rendus sur cette même plage D’autre part la gravure :
    http://www.quiberon.info/plugins/photogd/photoviewer.php?lng=fr&idphoto=6206 a été faite en 1830 et son auteur connaissait des survivants. Cette gravure dont le paysage a été croqué sur place montre d’ailleurs aussi qu’en 1830 il n’y avait pas de fort »Neuf »

    **********************************

    *****Enfin Non l’école nationale de voile n’existait pas dans les années 60 comme vous le prétendez. Elle a été créée en 1970 par le ministère de la Marine en 1970 pour régulariser la situation du lieutenant de Vaisseau Eric Tabarly.*****

    je vous accorde qu’elle ne s’appelait pas encore école nationale de voile en 64 mais l’école de voile du Beg rohu était une école officielle. C’est grâce à ses moniteurs que j’ai commencé la voile en 1964 . je vivais en allemagne en 1970
    Si je situe la création de l’école à cette date c’est que nos moniteurs du fort neuf nous l’avaient dit. L’école du Fort Neuf a été vraiment créee pour organiser des stages pour les jeunes alors que dès 65 Le Rohu et la première mouture de l’ENV formait les moniteurs d’ailleurs
    le site de l’association Eric tabarly écrit au sujet de l’ENV :

    Créé en 1965 à l’initiative de Maurice Herzog, alors Haut commissaire à la Jeunesse et aux Sports, l’établissement est devenu opérationnel en 1970. Sa mission était alors de former les cadres Jeunesse et Sports, les animateurs des bases de voile et d’accueillir les équipes de France de voile légère.
    http://www.asso-eric-tabarly.org/default.asp?page=1&mode=association_partenaires&crit1=106

    J’ai fait énormément de recherches mais je n’ai trouvé nulle part mention de son passage comme directeur de l’école Nationale de Voile. Mais mon but n’est pas de dire que j’ai raison mais de ne pas faire d’erreur . Il faut se méfier des textes que l’on trouve sur le web(et ailleurs) , les gens les copient sans vérifier. par exemple beaucoup de textes dont certains de 1890 parlent du fort neuf qui aurait vu les sanglants combats en 1795 , mais CE N EST PAS POSSIBLE l’endroit s’appelait Riberen et n’a pris le nom de Fort Neuf qu’à sa construction à la fin du 19ème parce que le fort était nouveau ce qui est logique . Monsieur Diraison qui avait charrié du sable au nouveau fort l’avait raconté à Christian Moisson (pêcheur de Pot Haliguen né vers 1920 et un des fondateurs du musée) qui me l’avait raconté . Et on retrouve même cette erreur énorme sur le site de l’office de tourisme de Quiberon, au grand dam de certains VRAIS historiens que je connais et malgré le fait qu’on leur ait siganlé l’erreur plusieurs fois.

    *****************************

    ***Enfin vous prétendez que « vous étiez la rédactrice du site du musée, sous les ordres de Monsieur Calvez, un de ses fondateurs »
    Or les responsables de ce beau musée de Quiberon, que j’ai consultés à l’époque (mars 2007) où j’ai créé ce site sur la presqu’île de Quiberon m’ont clairement dit que vous aviez créé ce site sur leur musée sans leur autorisation!!!*********

    Je ne « prétends » rien du tout j’affirme que le site a été écrit bénévolement (sur ma proposition, je vous le concède), entre 2000 et 2004 sous la houlette de Monsieur Calvez qui était très enthousiaste et qui m’a fourni les textes et les photos (je n’ai pris aucune photo dans le musée, il me les a communiquées, certaines sont d’ailleurs obsolètes) et j’étais très heureuse de participer à mon humble niveau a faire connaitre le musée.
    Il est possible qu’en 2007 les personnes que vous avez vues ne l’aient pas su car après avoir écrit le site, je l’ai laissé un peu en plan pendant plusieurs années sans avoir de contact avec les nouveaux membres de l’association du patrimoine

    Je n’ai fait mon premier commentaire que parce que je trouvais dommage qu’un site par ailleurs bien documenté fasse des erreurs

    Quand on m’en signale sur un de mes sites, je suis très heureuse de corriger. D’ailleurs beaucoup d’historiens lisent les pages du site du musée et quand il y a une erreur (et il y en a eu) me les indiquent et je corrige en les remerciant car je n’aime pas propager des erreurs. D’autres m’envoient le résultat de leurs recherches historiques.
    Je ne connaissais pas l’épisode des émigrés mourant de faim à Houat ni même le panneau à St Julien et je vais en faire état. Pourriez vous m’indiquer vos sources car je cherche mais ne trouve pas.
    Vous pouvez vous aussi vérifier ce que je vous ai écrit et effacer mes commentaires après avoir corrigé.

  6. je suis sure que vous trouverez très interessant des textes que je viens de trouver sur le web et que je mettrai en ligne bientôt l’un est Petite histoire de Hoëdic & de Houat
    Par Abbé J.-M. Delalande qui explique que les émigrés n’ont pas été abandonnés à Houat mais qu’il y avait pénurie de médicaments et de nourriture si bien que les gens sont morts d’une épidémie de fièvre putride malgré les soins prodigués par les anglais . Beaucoup de Français ayant été par ailleurs évacués
    http://books.google.fr/books?id=1ixFvfJXL74C&pg=PA76&lpg=PA76&dq=houat+1795&source=bl&ots=RZ0LHISTZj&sig=ynNDFqfuU2Q2wplHGf06XQw7sBQ&hl=fr&ei=U8IjTcmqH4qu8QOah5XABQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=2&ved=0CB4Q6AEwAQ#v=onepage&q=houat%201795&f=false

    wikipedia indique ce que j’avais lu ailleurs :
    La flotte toucha l’île d’Houat, proche de Quiberon, le 12 septembre 1795. Là, s’étaient réfugiés les rescapés de l’Expédition de Quiberon. Les Britanniques leur apportèrent vivres et munitions, comme prévu. Le comte d’Artois descendit à terre, parla à ces malheureux, fit célébrer un office à la mémoire des morts tués au combat ou fusillés à Auray. La Roche-Bernard, un des survivants lui dit qu’il ne fallait pas compter sur la Bretagne, elle restait royaliste mais l’échec de Quiberon l’avait frappée de terreur ; c’était à grand peine que Georges Cadoudal et ses bandes avaient échappé au guêpier. il eut fallu un corps d’au moins 20 000 hommes pour décider les Chouans à quitter leurs repaires et pour rassurer la population. C’était là un renseignement de premier ordre et un avertissement, car la situation n’était pas la meilleure en Vendée. Le comte d’Artois n’en tint pas compte. Il tablait sur les 25 000 annoncés par François de Charette et sur l’effet produit par sa présence en Vendée. Il fallait agir vite c’était évident. On perdit plusieurs jours à l’île d’Houat, puis à simuler des débarquements au Croisic et à Susanio, afin d’égarer les républicains.

    les autres textes indiquent que les anglais y laissèrent beaucoup des leurs en garnison sous tente pendant de longs mois et beaucoup d’entre eux parlent de ces fièvres

  7. Je cherche des données sur le Fort de Beg Quilvy.
    Quelqu’un peut-il m’aider ?
    Merci d’avance.
    Cordialement.
    H.M.

  8. Oui, Henry Malecot je peux vous aider mais envoyez-moi un e-mail à : jmrocard@voila.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 × = cinquante quatre

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>